La région viticole de l’Alentejo est une région vallonnée qui occupe pratiquement un tiers de la superficie du Portugal. Il y fait très chaud et sec; en été il n’est pas rare d’atteindre des températures de 40˚C. La région est peu peuplée et est restée très longtemps à l’ombre de régions connues comme le Douro et le Dão. L’Alentejo a pourtant un long passé viticole et possède des variétés de raisins typiques. Ce n’est donc pas étonnant que cette région se soit fort développée ces vingt dernières années et que l’on s’y intéresse de plus en plus. C’est grâce aux efforts de viticulteurs audacieux et progressistes qui, forts d’une solide réputation, ont compris quel était le potentiel de l’ Alentejo et qui ont redonné vie à de nombreux vignobles abandonnés. Même dans les nouveaux vignobles on a tendance à planter des variétés portugaises et locales. Grâce aux investissements importants et aux nouvelles techniques, on y fabrique de véritables vins de terroir avec un goût surprenant de modernité. Comme le climat est chaud, les deux tiers des vins sont rouges. Ils sont généralement vinifiés à base d’ Aragonez, Trincadeira, Alicante Bouschet, Alfrocheiro et Castelão. Les vins blancs viennent des parties les plus fraîches de l’Alentejo et sont très frais et minéraux. Les raisins utilisés pour les vins blancs sont notamment : l’Antão Vaz, l’Arinto, le Síria, le Fernão Pires et le Roupeiro.

Situation géographique

Au nord, cette région étendue est délimité par le Tage, le fleuve espagnol qui rentre dans le pays à quelque 25 km au-dessus de la Serra de São Mamede pour se jeter dans l’Océan Atlantique juste en-dessous de Lisbonne. Toute la région au sud du Tage, s’étendant sur 250 km,  est l’Alentejo.
Bien que cette région soit la plus chaude du Portugal, les températures moyennes varient considérablement entre le nord et le sud. La région autour de la ville méridionale
de Beja atteint une température moyenne de 25°C en juillet en août. En septembre, on atteint toujours  22,5°C et en juillet et en août, les maxima peuvent même avoisiner les 45°C. A Portalegre, dans le nord, ces maxima ne dépassent que rarement les 40°C et les moyennes estivales indiquent un bon degré en moins. Cela fait toute la différence au niveau de la production des vins.

Dans l’ Alentejo la viticulture existe depuis très longtemps mais elle est clairement en progression. Le gros de la production est consommé au Portugal. 80% des vins produits sont rouges, ce qui est logique étant donné le climat chaud.

Histoire

Dans la région, la date exacte des premières viticultures n’est pas connue mais il est certain qu’ils y avaient déjà domestiqué les vignes bien avant l’arrivée des Phéniciens. Ensuite les Grecs,  avec leurs petites amphores, laissèrent pas mal de traces, signe d’une activité viticole croissante. Mais ce sont les Romains qui  ont particulièrement pesé sur l’activité viticole en introduisant de grandes amphores en terre cuite dans lesquelles le jus de raisin était fermenté. Avec l’arrivée des Maures la viticulture fut pratiquement totalement détruite, mais la tradition de la fabrication du vin en amphores y a survécu, alors que cette coutume s’est perdue dans d’autres régions portugaises.

Au cours des siècles, la production viticole a connu des hauts et des bas. Après les deux guerres mondiales du 20ième siècle, la plupart des vignobles furent remplacés par d’autres cultures avec un regain de la viticulture à partir des années 80. En 1988 la première DOC (appellation d’origine contrôlée) fut approuvée et, comme partout ailleurs en Europe du sud, de nombreux projets ont vu le jour grâce aux aides de l’UE. Actuellement, le Portugal compte quelque 260 viticulteurs et une centaine de commerçants qui achètent des raisins/du vin, sur une superficie de 20.000 ha, dont plus de la moitié jouit d’une DOC.

Le vin rouge DOC doit être composé à 100% ou au moins à 75% d’un mélange des variétés suivantes: l’Alfrocheiro, l’ Alicante Bouschet, l’Aragonez, le Cabernet Sauvignon, le Castelão, le Shiraz, le Touriga Nacional et le Trincadeira. Outre ces cépages indigènes, quelque 25 autres  cépages indigènes ou étrangers peuvent être utilisés pour un mélange de maximum  25%.

Les vins blancs DOC doivent être vinifiés avec un mélange de 100% ou d’au moins 75% d’ Antão Vaz, d’ Arinto, de Fernão Pires, de Rabo de Ovelha,  de Roupeiro (appelé également Síria) et de quelques variétés plantées en petites quantités. On admet encore une trentaine de variétés en moindres pourcentages.